Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
dominique-lonchampt.com

artiste plasticienne sculpteure

Textes critiques

LES PIERRES QUI VIVENT DE DOMINIQUE LONCHAMPT

La pierre a toujours été source d'inspiration pour les artistes, utilisant leur volume naturel comme dans les premières manifestations de l'Art et jusqu'aux oeuvres des artistes contemporains, sortant de leur gangue ces matières vivantes.

La pierre est en effet une vie: elle peut être atteinte de maladie, elle peut être agressée par les éléments, elle peut être aussi parée pour le fête des yeux, pour la réflexion de l'esprit; elle peut devenir "matière à pensées..."

Dominique Lonchampt a transformé le mur objet de fermeture en une surface de communication. Elle ouvre des pièges à lumière, elle donne envie d'escalade, elle appelle à la méditation.

Daniel GIRARD, directeur du CIRCA , Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, 1986

"matière à pensées...", pierre de Pondres, grès, éléments métalliques-Installation Chartreuse Villeneuve lez Avignon-1986.1987

"matière à pensées...", pierre de Pondres, grès, éléments métalliques-Installation Chartreuse Villeneuve lez Avignon-1986.1987

Dans le hameau de Russargues la pierre constitue le puissant habitat de ce site sévère, "pays de cailloux".                                                                                                          Mais cette pierre va devenir "matière à pensée". Sublimée elle sera mémoire et présence transitionnelle entre le vécu des hommes et la minéralité des choses.        Visiter les lieux et découvrir le travail de Dominique Lonchampt, dispersé dans les ateliers, granges, courtils, c'est inscrire dans ses souvenirs une perception indélébile troublée par la fragmentation et l'intrication des espaces, des temporalités et des projets.

L'ouvrage,considérable, exploite de front et sans complexe, devant nous, plusieurs voies du défi sculptural.                                                                                                             Ces pierres peuvent se rapprocher, former une texture minérale sensible et organique; ailleurs elles s'alignent en Jalons , ou elles se souviennent dans la dérision d'une figuration des corps. Elles peuvent offrir leur masse à la scarification; l'outil stratifie, entaille l'identité, le temps vérifie la mémoire active dans le silence et la compacité des pierres.

Entre matière et conscience, le geste de Dominique Lonchampt est médiation,il affirme que la présence est un travail de ravinement et qu'un environnement intime reste à façonner de l'intérieur, comme la parole que pourtant nous adressons à l'autre.

    Gérard LAPLACE écrivain, plasticien et critique d'art, Châteauroux-1990

Textes critiques

Je frôle ses "murs", je les contourne, ils chuchotent ou peut-être se plaignent-ils?       La main caresse, l'oeil s'accroche, le grain émoussé me raconte, la pierre a la senteur de l'archéologie.                                                                                                          La pierre est longue, hiératique, coupante.Le noir goudron, scarifié, la réduit au silence.Une pierre plantée, telle une gigantesque lame, la suit,une autre planche de pierre s'érige...d'autres s'avancent.   J'assiste à un rite, scandé par ses "Jalons" d'ombres et de lumières, qui, abrupts, cisaillent notre mémoire archaïque.

                      Laurence OGEL , conservateur du Musée de préhistoire d'Orgnac-1990

Textes critiques

..., Le travail de Dominique Lonchampt exprime une profonde cohérence à travers diverses techniques. Il s'est matérialisé au fil du temps par de multiples projets; chaque commande,chaque exposition répond à un plan de travail rigoureux et imaginatif. Si l'espace est une préoccupation majeure du sculpteur, la sculpture n'est jamais chez Dominique Lonchampt un signe spatial symbolique ou même décoratif. La pierre taillée monumentale occupant une place visible dans la cité, la paroi construite par additions successives, la petite pièce de collection, l'empreinte sur papier, les boucliers et autres fibules de tus âges, telles sont quelques unes des expressions plastiques de Dominique Lonchampt.                                                         Par cette diversité obstinée, le travail de l'artiste pose les problèmes fondamentaux de la sculpture, à savoir l'ambiguïté de sa position d'interdépendance avec l'architecture et les arts graphiques, la relativité de l'échelle, le jeu des polychromies brutes de la matière et des polychromies ajoutées, l'origine rituelle de cet art à jamais proche de ses origines, la marque irréversible du travail de la matière et ses effets volontaires-involontaires.                               Pour un esprit classique, Dominique Lonchampt taille la pierre (elle a même travaillé le marbre à Carrare), elle fait partie de la Confrérie. Pour un critique contemporain, Dominique Lonchampt pratique l'Installation et trouve donc grâce à ses yeux. Cette position est significative de la liberté intellectuelle et formelle de l'artiste.   Parallèlement au travail de l'atelier, Dominique Lonchampt intervient également en milieu scolaire et enseigne les arts plastiques...,

..., Le graphisme est un élément permanent de l'expression plastique de Dominique Lonchampt. En effet, l'artiste ne considère pas la faculté de sculpter en ronde-bosse un élément isolé, lisse et parfait comme le degré ultime de sa liberté. Au contraire, elle utilise toutes les potentialités des surfaces visibles. Tout angle de vue est aussi une paroi qui sera traitée pour elle-même et porteuse d'un langage graphique.  C'est le trait qui, le premier, prend possession de l'espace sculpté. Le striant, il y délimite des parcelles, des cuvettes, des rigoles, un véritable parcours du regardant et du touchant. les surfaces de Dominique Lonchampt paraissent témoigner du travail incessant de l'érosion. Un savant hasard semble présider à la répartition entre zones de réserve et zones profondément burinées. Le trait a comme quitté son lit naturel, la strie, pour se métamorphoser en fossile de son impétuosité originelle. Au bout du parcours, il ne reste que la strate...,

..., Selon la conception de Dominique Lonchampt, la sculpture se décline et s'accroche de toutes les manières possibles, au sol, au mur, voire même sur un piédestal. Cette exposition se devait donc d'être la réponse d'un artiste à un lieu donné. Le principe choisi a été celui de la plus grande ouverture . La première liberté consistait à tirer parti des contraintes en es respectant et en créant la surprise à chaque pas. Avant d'entrer dans chaque salle, le spectateur ne saura s'il doit baisser les yeux, lever le regard ou les pieds. Cette exposition n'a pas la prétention d'être rétrospective, elle ne développe pas un thème. Elle illustre un parcours. Des oeuvres pré-existantes y seront semées comme les cailloux du petit Poucet et, au terme du chemin, un clin d'oeil chaleureux nous montrera le buste de Camille Claudel comme une oeuvre nouvelle. C'est à  Fleur de Pierre que se disperseront les premières effluves sculpturales dans l'air du musée.

Axel HEMERY conservateur du musée bibliothèque Pierre-André Benoit

extraits du livret édité à l'occasion de l'exposition "A Fleur de Pierre"- Musée  P.A.B Alès- mars,avril, mai 1996

Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques

Ma rencontre avec l'oeuvre sculptée de Dominique Lonchampt commence par un choc frontal contre de grands pans de murs qui plus qu'un peu se posaient là, comme une affirmation globale, animée pierre par pierre de singulières trouvailles. Admirable équilibre de la force sans brutalité et des menus bonheurs sans mièvrerie.Ce contraste entre le sens du monumental et l'intérêt inlassable pour le détail presque infime reste la marque de cette artiste, mais les deux mouvements, vers le gracile ou vers le puissant, sont parfois séparés, donnant lieu tantôt à des épures gracieuses où le signe se simplifie  et s'allège jusqu'à une sorte de japonité.                                                                                                                     Comment ne pas penser lorsqu'on la voit elle-même, volontaire et menue, aux prises avec la force brute des blocs de pierre (et ne dirait-on pas qu'elle les aime charnellement?) à ces élégantes dompteuses de cirque qui soumettent comme par magie des fauves aux muscles puissants? Pas moins fascinante cependant la minutie de ses ajustements, lorsqu'avec des virgules d'os ou de plume, elle semble appâter quelques préhistoriques et mystérieux poissons. Mais qu'on ne s'y trompe pas, jusque dans les plus légères de ces efflorescences, on sent la présence d'une main ferme qui maintien, dirige et fixe. C'est que l'artiste est responsable. Elle soutient de son effort l'humain obstiné, si minuscule soit-il, qui avance à contre-jour, à contre vent, sur la plus haute crête. En traçant ses cannelures dans la pierre, elle lui prépare le terrain, comme le laboureur prépare son champ en y traçant des sillons. Dominique Lonchampt ,n'abandonne ni la matière ni l'homme au hasard et au flou.Tête chercheuse, tête sérieuse, elle combat les paroles creuses en s'appuyant sur la richesse palpable des éléments. Elle les manipule avec amour et autorité, force et douceur, instinct et réflexion.

Denise BRAHIMI Universitaire et critique,                                                                           à l'occasion de l'exposition " Avec vue sur le Lez", Hôtel de Région Languedoc-Roussillon-du 17 décembre 1997 au 31 janvier 1998

Textes critiques
Textes critiques

MINE DE RIENS

                              Dominique Lonchampt est sculpteur depuis son installation dans les Cévennes et sa rencontre avec la pierre, dont elle explora sur le champ les éclats.L'être humain après tout appartient à la terre, comme la pierre, même s'il s'évade souvent dans les sphères azurées, ou regarde le temps passer en suivant le cours mouvant des fleuves. La terre au fond est au plus près de notre présent, les autres éléments sont voués à l'avenir ou au passé, les deux d'ailleurs se rejoignant.

Dans ses sculptures, Dominique Lonchampt provoque le dialogue des éléments:Dans un lavoir, on l'a vue dessiner dans l'espace, grâce à des câbles tendus, de longues portées, où s'agrippaient des oiseaux-leurres faits en réalité d'os de seiche.Elle fait dialoguer les règnes: dans cette cage verticale, avec pour base et surplomb une grille de fer, construite à partir de bambous, où d'étranges "bijoux" de pierre, métal, et arêtes de poissons, tremblent, comme en situation d'apesanteur.L'oeuvre possède alors la monumentalité d'une concrétion, culturelle, qui s'érige vers le ciel, tout en laissant transparaître à claire-voie (car le vide ici fait le plein), la fragilité des petits objets suspendus, comme une écriture dans l'espace.     le fait même d'évoquer ici l'écriture montre assez combien les choses simples, quand on les expose au royaume des yeux, acquièrent une dimension supérieure, disons-là poétique. Par ailleurs, ces éléments suspendus expriment la relation étroite que la partie entretient avec le Tout.Ne sommes-nous pas, nous habitants de la terre, un simple élément de ce Tout, à la mesure duquel, souvent, nous manquons d'humilité- et de respect? Chez Dominique Lonchampt chaque installation est comme la métaphore de ce Tout qu'il s'agit de peupler des trois grands règnes, et de l'humain enflammé qui leur donne sens, l'artiste notamment qui se met à leur niveau pour les réhabiliter, leur rafraîchir en quelque sorte la mémoire.

Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques

Mais peupler ne veut pas dire remplir. Il faut user de tout avec modération. C'est pourquoi ses oeuvres se veulent avant tout légères, aériennes à l'instar des matériaux fragiles et délicats qu'elle utilise, musicales aussi sans doute, comme la portée du lavoir. La harpe vient incarner cette postulation. Celle par exemple extraite de ce piquet de clôture , ouvert par le gel, auquel l'artiste, comme un poète à sa lyre, a ajouté des pousses de bambous. Regain. Ne disait-on pas, chez les Anciens, que la harpe raccordait l'homme au Ciel? Et cette autre qui fait pleuvoir, d'une pierre formée à l'image d'un nuage, une poignée de cordes comme s'il en pleuvait, suspendue à la branche d'u arbre! On sent chez Dominique Lonchampt la volonté à la fois de garder les pieds sur terre mais du même coup de plonger la tête dans les mirages des cieux, qu'il s'agisse du ciel étoilé ou de celui qui confond ses blancs moutons avec des anges qu'on dit purs. C'est dire si son oeuvre est à la fois vouée à l'observation minutieuse du réel, au regard porté sur les petites choses, à la quête incessante du détail qui fait sens, mais en même temps ouverte sur l'imaginaire, sur l'association de signes, sur la réflexion et sur la poésie. On comprend l'importance pour elle de la verticalité; Qu'il s'agisse de ses nombreux jalons, longues tranches de pierre enduites de goudron, de ses prêles géantes, de ses vertébralités, de son échelle géologique!...

Au Vallon du Villaret, l'artiste a ponctué le parcours de la rivière, de pliants dont elle avait au préalable retiré la toile, remplacée par la pierre et le plomb.La thématique du leurre, présente dans l'art de la pêche, se retrouvait sur ces objets qui ne faisaient que désigner l'absence de celui censé les occuper: l'homme qui pêche, regard sur l'eau et ses poissons, esprit dans les cieux peuplés d'oiseaux, toutes fesses sur socle, le préservant de la terre. Pour Dominique Lonchampt, ces pliants sont des objets médiateurs entre terre et ciel, symboles de notre présence au monde , dans un ici et maintenant qu'il s'agit précisément de marquer d'une croix.

D'où le choix du pliant qui pointe un endroit, un lieu précis, de ses rayons en X. les objets du quotidien nous font ainsi des signes. Mis en situation, ils livrent un sens que leur attribution fonctionnelle masquait. Le nombre des pliants propose en fait, plutôt qu'un chemin de croix, un parcours de points de croix dans l'espace ainsi  re-balisé, le visiteur étant invité à voir le monde avec les yeux du pêcheur, celui qui fait mordre à l'hameçon, c'est à dire au fond avec les yeux de l'artiste. L'addition des objets, qu'elle a utilisée par ailleurs dans des écritures d'éclats de pierre disposés dans des casses de typographe, est également un principe moteur de cette production dans la mesure où elle métaphorise tout simplement notre vie.               Et cette construction de murs (durant plusieurs années précédentes) qu'elle eût pu ériger à l'infini dans la mesure où jamais l'addition ne débouche sur la somme.

Le leurre est aussi un concept fondamental pour cette production qui a travaillé la pierre jusqu'à lui donner l'apparence de trois bassines gi-gognes, prises en fait dans le même bloc. L'installation fut présentée sur un tapis de gravier de rivière, émaillé de plomb pour figurer les flaques.

Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques

Des objets, Dominique Lonchampt en récupère à toutes fins utiles. Des empreintes sur papier qui emballaient des bottes de foin, des gerbes de chardon, des brassées de bambous. C'est ainsi que de deux douves de tonneaux, elle fabrique d'ovales pirogues habitées de formes suggestives réalisées à partir  de fragments de ferraille. Décidément Dominique Lonchampt sait l'art de la "trans-figuration" des restes. Et de nous en proposer de nouvelles lectures, en l'occurence nous embarquer dans ses pirogues ouvertes à de nouvelles aventures scopiques. Or la pirogue relève du primitif. Il y a sans doute chez Dominique Lonchampt la volonté de trouver un lien entre les activités primitives et notre art dit contemporain;de relire le primitif à la lumière de cette contemporanéité et de le rendre par là même contemporain.

Des alignements de ruches deviennent des territoires occupés par des figurines envahissantes pouvant être mises en relation avec des problèmes d'actualité. Des empreintes d'alvéoles débordant d'un tissu peint figurant l'espace citadin, fonctionnent à l'image de l'urbanisation sauvage de nos villes tentaculaires; mais aussi à l'image de la maison-atelier (à l'instar de Louise Bourgeois).De même il n'est pas nécessaire que l'objet ait déjà été utilisé. les grilles que l'on utilise pour armer le béton jouissent d'une souplesse telle qu'elles engendrent des "esprits graphiques", sortes de coléoptères géants dont les fragments de carapace imitent le végétal.

Autant dire que l'art de Dominique Lonchampt privilégie l'hybride. Or qu'y a-t-il de plus hybride qu'une association de mots contradictoires grâce auxquels les poètes concoctent leurs plus belles images?

Enfin la créativité de Dominique Lonchampt a besoin d'un lieu, c'est- à- dire d'un ici et maintenant ponctuel pour donner sa pleine mesure. Je pense à ses "cerfs-volants mystiques" en carton et os de seiche ou à ses combinaisons de travail au Merlot présentées à la cave coopérative de Barjac. C'est que le lieu investi devient ponctuellement un Tout qu'il s'agit temporairement de donner à vivre autrement. Un peu comme chaque être humain tente d'y jouer sa partition, avec plus ou moins de bonheur, d'humilité, et parfois de chance. D'utilité même parfois même si, pour cette artiste, c'est l'inutile qui est essentiel et qui devient, par là-même, utile.

         Bernard TEULON-NOUAILLES,dit BTN, écrivain et critique -2011-

 

 

Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques

...sans queue ni tête

      ...ou visiblement camouflé

La mise en scène des "Phasmes" de Dominique Lonchampt s'inscrit dans un projet global travaillant à la fois sur la représentation, sa mise en scène, sa symbolique et son grand pouvoir de questionnement. Si l'objet ou l'insecte en question se trouve constitué de feuilles séchées du Magnolia grandiflora, elle l'installe dans cet arbre, jouant avec les codes de son intégration au milieu, tout en opérant un changement d'échelle qui constitue dès lors une création.Il semble évident que les "Phasmes" de l'artiste ne sont pas ceux de la nature; elle les mime comme eux miment leur environnement. les siens se composent d'un squelette de cuivre rouge (symbole de Vénus, associé à la féminité et l'amour) où les feuilles assemblées recomposent un opéra citationnel mais proliférant de corps caparaçonnés.Cette transmutation opère dans un champ réel puisque les feuilles vertes qui composent le corps "artistique" de l'insecte changent de couleur avec le séchage et deviennent d'un brun cuir. L'esthétique ne saurait donc se trouver absente du projet intellectuel de l'artiste, entre faire et défaire.

Georges Didi-Huberman écrit: "Le Phasme est ce qu'il mange et ce dans quoi il habite". Pour l'artiste il faut donc le remettre en situation au travers de sa construction artistique puisque le spectateur devra tenter de retrouver ces phasmes dans le lieu même d'où proviennent leurs matériaux. mais chacun devra établir une différence entre l'insecte réel, l'insecte représenté en volume et l'insecte fantasmé. Ses "Phasmes" grimpent le long de l'arbre, jouent à cache-cache avec la spectateur-semblables en cela aux vrais- tout en se situant dans un non-spectacle. Ils demeurent dans le lieu de leur installation, immobiles et fuyants, présents et camouflés, matériels et conceptuels. Le côté ludique et participatif de cette installation apparaît puisque chaque découverte relève à la fois de l'émerveillement et de la reconnaissance. Un vivarium, cette cage vitrée où selon la définition du dictionnaire, se conservent des insectes ou de petits reptiles, contribue encore à jouer sur l'insolente ressemblance entre nature et culture au travers de la disposition de ses sculptures.

Dominique Lonchampt insiste sur la concordance entre les trois règnes (animal, végétal et minéral) qui interagissent sur sa représentation. Elle intègre ses recherches artistiques antérieurs à cette démarche nouvelle qui sculpte le Même. Les éclats de pierre précédents deviennent des feuilles aériennes tandis que de lourds blocs lorgnent vers la légèreté. Les ferrailles tendent à s'émanciper alors que des stocks inanimés se transforment en animaux éphémères; Cette approche très manuelle se trouve constamment irriguée par un questionnement intellectuel. En effet, travaillant la notion de paradoxe qui constitue l'insecte phasme, elle le déborde encore pour en offrir une version très personnelle.La mise en abyme semble sans fin puisque si le miracle opère ,ses "Phasmes"finiront par prendre vie, envahir toute la Bambouseraie avant de rejoindre les pages d'écriture d'une épopée critique.

         Christian SKIMAO- écrivain, poète, critique d'art et critique littéraire                                                   Carnet d'artiste de la Bambouseraie de Prafrance  -2013-

 

Textes critiques
Textes critiques
Textes critiques
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article